Congrès international du cinquantenaire de l’Institut des textes et manuscrits modernes

La critique génétique comme processus.

(1968-2018)

 

Paris, École normale supérieure, Bibliothèque nationale de France,

17-20 octobre 2018

La critique génétique fêtera en 2018 le cinquantième anniversaire de l’événement qui rendit sa naissance possible. C’est en effet en 1968 que l’équipe Heine fut créée par le CNRS, afin de permettre l’exploitation d’un important fonds de manuscrits du poète allemand Heinrich Heine dont la Bibliothèque Nationale venait de faire l’acquisition grâce à Louis Hay, alors jeune maître assistant à la Sorbonne. On connaît la suite de l’histoire : sous l’impulsion de Louis Hay, l’équipe Heine a rapidement agrégé autour d’elle des chercheurs spécialistes d’autres corpus, jusqu’à la création de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes comme unité propre du CNRS en 1982. La critique génétique n’a cessé depuis de se développer et d’explorer les sentiers de la création.

1979 voit la parution des Essais de critique génétique, qui font connaître au monde savant la naissance de la jeune discipline. Et ce sont ensuite, avec une périodicité d’environ dix ans, plusieurs grands colloques internationaux qui balisent le développement de la critique génétique en 1987, puis en 1998 et en 2010. 2018 est la date suivante dans la série. Tout destine donc l’année 2018 à accueillir, en hommage au fondateur de la critique génétique, un congrès consacré à l’état actuel de notre discipline et à ses perspectives d’avenir.

 

Membres du comité d’organisation  :

  • Direction : Paolo D’Iorio, Aurèle Crasson, Élise Anastase (ITEM)
  • Responsables des journées, Olga Anokhina, Nathalie Ferrand, Daniel Ferrer, Jean-Marc Hovasse, Jean-Louis Lebrave, Nathalie Mauriac, Claire Riffard (ITEM)
  • Représentant des enseignants-chercheurs, Pierre Musitelli (ENS)
  • Représentant pour les ITA, doctorants, post-doctorants et CDD, Jean-Sébastien Macke (ITEM)